Confinez-vous tout en restant connecté au monde !

S'émerveiller - Silence on tourne...

On reste chez soi avec le Cnam

29 mars 2020

Au Conservatoire, haut lieu de création de savoirs, la situation actuelle renforce notre idée que la communication, particulièrement publique, dispose d’une véritable responsabilité sociale et doit jouer un rôle éminemment citoyen. Celui de vous informer, celui de créer du lien et du sens, mais aussi celui de vous accompagner au quotidien en vous proposant des contenus éditoriaux originaux propres à irriguer le débat public, à décrypter l’actualité, à lutter contre le désordre informationnel….

Silence on tourne...

film cnamAu cœur du 3e arrondissement de Paris, à deux pas de la mairie, de la place de la République et du Marais, les bâtiments du Conservatoire occupent tout un quartier, qui porte d’ailleurs le nom d’Arts et Métiers et dispose même d’une station de métro éponyme. Un emplacement unique doublé d’une grande richesse patrimoniale. En effet l’établissement recèle de joyaux patrimoniaux comme le réfectoire des moines du Prieuré de Saint-Martin-des-Champs, construit en 1060 et qui abrite l’actuelle bibliothèque, la galerie d’honneur de la rue Conté, la salle des textiles, de nombreux amphithéâtres ou encore son musée qui présente notamment le pendule de Foucault et l’avion de Blériot suspendu dans une église (vestige de l’ancien prieuré royal). Peut-être avez-vous visité ce dernier ou avez-vous assisté à un des nombreux événements organisés au Cnam dans ces lieux emblématiques ? Mais même si vous ne suivez pas encore de formation, et que vous ne faites pas de la recherche scientifique… vous êtes certainement venu au Cnam sans le savoir.

Ainsi en regardant l’Inspecteur la Bavure, vous avez suivi dans ses déboires, le maladroit Michel Clément interprété par Coluche qui se retrouve brutalement interrogé dans le salon d’honneur transformé en commissariat. Plus insolite dans La mémoire dans la peau, épisode parisien des aventures de Jason Bourne, le cinéaste Doug Liman change l’entrée du Conservatoire en… morgue ! Autre film d’action cette fois-ci français, le Serpent où Yvan Attal et Clovis Cornillac s’affrontent sur quelques plans au Conservatoire. Le Cnam a aussi servi de décor à l’un des derniers films autobiographiques d’Henri Verneuil Mayrig en 1991. Plus récemment des scènes de la série Résistance diffusée sur TF1 ont été filmées dans la salle

des conseils. De même en juin 2018, le Cnam a vécu pendant une semaine dans les décors du téléfilm de France 2 : Mystère à la Sorbonne, une enquête policière avec Mélanie Bernier et Pascal Elbé qui se déroule en 1884 et dont de nombreux plans ont été filmés dans les cours Montgolfier et Clément-Desormes ainsi que sous les arcades. Très régulièrement au Cnam, les personnels et les élèves peuvent entendre…

Silence on tourne, 3-2-1, moteur !

Laurence Benoit et Sophie Grallet

voir

Samedi 28 mars - Arnaud Fontanet - qu'est-ce qu'un épidémiologue ?

J’ai moins de Fontanetsignes à ma disposition qu’il n’en faut pour énumérer les titres du professeur Fontanet. Médecin, diplômé de Harvard, il est aussi, pour ce qui nous intéresse, fondateur de l’école de Santé publique qui réunit l’Institut Pasteur et le Cnam. Il est celui qui appelle les virus par leurs petits noms, tout en chuchotant à l’oreille de nos dirigeants par temps de pandémie: il représente l’épidémiologie au comité scientifique français et il est le seul Français au comité Covid19 qui conseille la Commission européenne.

A 59 ans, il juge son métier parfois ingrat: «jamais une personne bien portante ne vous remerciera de lui avoir évité la maladie». Or ce métier -malheureusement- semble porteur si l’on considère qu’une crise grave surgit maintenant tous les 5 ans (Ebola 2014, H1N1 2009, SRAS 2002). Les plus dangereuses sont celles qui se glissent à bas bruit dans nos organismes: l’hépatite C (dont il est un spécialiste mondial) peut mettre 30 ans à se manifester ou le SIDA, mais notre nouveau virus est aussi un criminel redoutable, armé de ses quelques jours de latence qui font toute la différence. A bas bruit convient bien pour décrire cet homme de science (rigoureux) et de terrain (hyper-réactif). Avant tout, ses collègues parleront à son sujet de sa gentillesse.

Il a ses héros: il cite John Snow qui a sauvé Londres du choléra au XIXe et il admire surtout  Louis Pasteur (dont il est très proche, au moins physiquement, quand il est dans son bureau de l’Institut, à proximité du tombeau du fondateur) qui disait: «la chance ne sourit qu’aux esprits bien préparés».
Souhaitons-lui bonne chance!

Arnaud
Malgorn

Conférence inaugurale au Collège de France (2019)

Faut-il craindre les épidémies ? (2017)

NB: Son mooc Concepts et méthodes en Epidémiologie démarre le 6 avril

 
>> Les jours précédents